Retour au sommaire
 

 


 


 

          

Connu pour l'exubérance de sa forêt, Strangleronce contient de nombreuses traces de civilisations anciennes. Ces ruines antiques, férocement gardées par quelques tribus restées à l'état sauvage, comptent parmi les plus belles du royaume. A l'extrême sud, la ville de Baie-du-butin reste un lieu privilégié d'échange de biens et de coups d'épée entre Horde et Alliance...

 

     Une zone vierge coincée entre deux régions

Début d'une petite terre vierge, située entre le Bois de la pénombre et Strangleronce. Elle permet de rejoindre le défilé de Deuillevent, le Marais des chagrins, les Terres foudroyées et Zul'Gurub.

En passant, photo de la tour de Medivh vue des crêtes.

Ce passage vers les terres foudroyées est criblé de trous inaccessibles à éviter en priorité.

Les premiers contreforts des terres foudroyées. La vallée sur la droite rejoint la crête Est de Zul Gurub.

Dernier vallon avant grimpette.

Les terres foudroyées, vues de la crête surplombant le grand temple de Zul Gurub.

 

     Zul Gurub hors instance

Au détour d'une colline, un toit de pierre apparaît au milieu du fouillis végétal. Zul'Gurub, le plus grand ensemble d'édifices religieux du royaume, laisse entrevoir ses mystères.

Après une courte escalade sur le toit du premier temple le site apparaît, immense et étrangement immobile comme figé dans le temps.

L'ensemble dévoile ses proportions imposantes. A droite posé sur une île au milieu du lac, le temple principal au style mélangé pré-Colombien et Kmer. Des cahutes de rotin en bon état font penser que le lieu est encore habité, mais aucune vie animale n'est perceptible ici, hormis quelques oiseaux.

Vu du temple principal. On peut observer le plus grand édifice du complexe, ses deux obélisques arrivants pratiquement au sommet des crêtes rocheuses qui enserrent les lieux.

En bon état de conservation, le majestueux temple de l'Est est l'exemple parfait du style qui prévaut dans la région.

Après quelques grimpettes dans le fouillis végétal, j'arrive au pied du temple. Pour le moment impossible d'aller plus loin.

Juste au dessus de l'antre de la folie, ce petit temple inconnu et caché derrière les remparts de la ville n'est accessible que par les crêtes.

Reliant les différentes collines, de nombreux ponts en lianes facilitent la circulation. Des ponts en parfait état qui prouvent, s'il en était encore besoin, que l'endroit est habité. Mais les naturels du coin refusent manifestement tout contact.

Coté Ouest, de nombreuses cascades alimentent le bassin central. Celui-ci doit disposer d'une évacuation souterraine car aucun dévidoir n'est visible sur son pourtour.

Le portail d'entrée du site.

Illustration de la devise de la S.E.A "Toujours plus loin" :)

La voie sacrée. D'après les textes anciens, cette route était le lieu des défilés et processions ordonnées par le grand prêtre du culte, la fête se terminait ensuite au pied du temple de l'Est par un sacrifice collectif qui pouvait durer des jours durant.

Du haut de la maison du grand prêtre, un dernier regard sur cette mystérieuse civilisation disparue. Un site magnifique et envoûtant à visiter impérativement.

 

     Les hauteurs de Baie-du-butin

Vue de la crête Ouest, à la source de la cascade qui alimente la ville en eau potable.

En contournant les montagnes j'arrive au sud du village, juste derrière le campement pirate.

La flotte pirate, stationnée au cap sud du rivage cruel.

J'arrive finalement au fortin bâbord protégeant l'entrée du port.

Rien de spécial à voir ici, à part l'arrivée périodique de la navette reliant Rachet.

Au passage, visite du clocher de l'ancienne capitainerie...

... et de sa cloche d'alerte. Celle-ci est cliquable mais ne déclenche rien de particulier.

J'en profite pour me balader sur la hune, posée devant l'auberge. En bas, certains lancent des paris pour savoir quand je me casserais la figure :)

Pour clôturer la promenade, dernière pause au pied de la statue du cap de Janeiro.

 

 
Page précédente   Menu précédent   Haut de page   Page suivante